Peut-on faire disparaître les déchets radioactifs ? – DÉCHETS RADIOACTIFS #2

La vidéo

J’ai également produit une vidéo qui résume la série de quatre vidéos sur les déchets radioactifs:

Description et sources

Dans cette seconde vidéo sur les déchets radioactifs, j’explique comment on essaye de réduire la radiotoxicité des déchets radioactifs. Je parle donc de la transmutation. La logique de la transmutation des déchets radioactifs est de modifier la structure de certains radionucléides pour les rendre moins dangereux. La transmutation a des avantages mais également des défauts qui limitent considérablement son usage aujourd’hui et questionne son usage à l’avenir (7:18). J’aborde notamment la transmutation par laser qui a beaucoup fait parler d’elle, malgré des applications limitées (9:18). Je me penche ensuite sur le MOx (14:50): ce combustible qu’on produit à partir du plutonium issu du retraitement et de l’uranium appauvri. C’est l’occasion de parler de l’utilisation potentielle du plutonium de retraitement dans des bombes nucléaires et des avantages environnementaux du MOx qui est, au final, une forme de recyclage partielle des déchets nucléaires. Enfin, je discute un peu de l’influence du futur du nucléaire (déploiement d’une quatrième génération ou arrêt du nucléaire) sur la question des déchets radioactifs (32:36) avant de conclure (38:24).

Les quatre sources incontournables sur le sujet: l’ANDRA, l’IRSN, l’ASN et le débat public sur les déchets radioactifs. J’ajoute La Radioactivité: un excellent site de vulgarisation !

Une publication synthétique du CNRS sur la gestion des déchets (dont je tire la figure sur la radiotoxicité).

Sur la transmutation:
Un petit topo sur wikipedia.
Un document synthétique de l’IRSN.
Avis de l’ASN sur la transmutation.
Un document synthétique du débat public sur les déchets radioactifs.
La position des américains.
Un powerpoint bien fourni.

Sur la transmutation au laser:
– Le mieux: l’interview de Gérard Mourou par l’ANDRA.
Une question sur ce sujet dans le débat public.
Un article de L’Express où l’aspect énergétique est abordé et un autre dans La Tribune.
Un article de presse dans European Scientist, un autre dans News Scientist et un dernier dans AZO Optics.
Un rapport scientifique sur le sujet.
L’exemple que j’ai utilisé sur la transmutation de l’iode 129.

Plutonium (et bombes):
Des informations poussées sur le plutonium.
Wikipédia sur les matériaux avec lesquels on peut faire des bombes nucléaires (je me suis promené dans les articles liées aussi).
La question des bombes sales existe mais ce n’était pas le sujet ici.
– J’ai même été lire deux articles scientifiques sur cette question du plutonium de retraitement dans les bombes (i), (ii).

MOx:
Comparaison des coûts entre mono-recyclage et cycle ouvert par l’OCDE.
-- L’analyse des coûts par la cour des comptes.
L’article scientifique qui montre qu’on ne diminue pas vraiment la radiotoxicité du combustible avec du mono-recyclage.
Un document exhaustif (et en français) sur le cycle du combustible.
Une autre étude des impacts environnementaux du mono-recyclage (qui va dans le même sens).

Sur la Hague:
L’article Wikipédia sur le site de La Hague est très complet.
Une analyse de l’IRSN sur des rejets de tritium.
– Je n’ai pas parlé des contaminations au plutonium et autres atomes lourds parce qu’elles sont la conséquence d’un vieille accident et non du fonctionnement en conditions normales. Vous pourrez en lire plus à ce sujet ici et .

Greenpeace:
Un bel échantillon des bêtises que peuvent raconter Greenpeace.
Greenpeace sur le MOx, sur le plutonium et sur les déchets.
Avec ma vidéo, vous devriez trouver des points gênants dans l’argumentation développé mais je suis loin d’avoir relevé toutes les erreurs.
Quand on peut lire des choses comme “la filière nucléaire ne sait pas recycler les déchets radioactifs, mais le processus chimique de « retraitement » génère même plus de déchets, dont les plus radioactifs, et des matières très dangereuses comme le plutonium.”, on est loin dans l’incompréhension de (ou la désinformation sur) ce sujet.

L’inventaire de l’ANDRA le plus récent, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil aux différents scénarios.

Wikipédia:
Uranium appauvri.
Uranium de retraitement.

1 réflexion au sujet de « Peut-on faire disparaître les déchets radioactifs ? – DÉCHETS RADIOACTIFS #2 »

  1. Bonjour à vous, Rodolphe,
    Merci à vous pour vos vidéos sur le sujet de l’énergie nucléaire et de la gestion des déchets, elles m’ont éclairci les idées sur un certain nombre de points que j’avais mal perçus ou mal compris.
    Le nucléaire est un sujet qui m’a toujours intéressé particulièrement car c’est un domaine dans lequel la France s’est toujours beaucoup engagée et sur lequel malheureusement la population française a rarement été consultée.
    Pour ma part, je ne suis pas complètement opposé à l’industrie nucléaire mais je pense que dans l’avenir, on devrait en limiter la part de plus en plus car cela reste malgré tout une activité à risques et dont la rentabilité sur le long terme risque d’être remise en question avec la part grandissante de la production avec les énergies renouvelables.
    Le prix du Kwh produit par ces sources d’énergies comme le solaire, l’éolien, l’hydrolien et ou plus ancienne comme l’hydraulique risque de baisser de plus en plus jusqu’à représenter une sérieuse concurrence pour le Kwh d’origine nucléaire.
    Vous parlez de centrale de 4ème génération dans votre exposé style réacteur à neutrons rapides (RNR), j’ai trouvé aussi d’autres sources d’informations intéressante sur le site ci-dessous:
    https://www.world-nuclear-news.org/Articles/Canadian-university-becomes-IAEA-Collaborating-Cen
    Dans cet article est traité la question des dernières recherches en matière de conception sur les nouveaux réacteurs menées entre autre par le Canada mais pas que.
    Toutes les puissances nucléaires majeures (USA, Canada, UK, Russie, Chine) semblent s’orienter vers la création de petits réacteurs plus simples comme les SMR (Small Modular Reactors) qui permettrait une évolution vers une production décentralisée de l’électricité.
    Une autre évolution à haute température de ces SMR permettrait la production d’hydrogène avec des rendements bien meilleurs que celle de la technologie des électrolyseurs que l’on utilise actuellement.
    Il semblerait que nous coté français du fait des choix politiques, nous ayons délaissé un peu cette filière au profit de la 3ème génération style EPR qui me parait pour ma part déjà appartenir au passé.
    Avez-vous pensé faire un tutoriel youtube sur les futurs réacteurs nucléaires en présentant les divers technologies futures qui pourraient être utilisées dans ces réacteurs et les combustibles nucléaires associés ?
    Je pense que là, il y aurait un sujet intéressant à traiter car c’est un domaine qui est en pleine actualité et qui permettrait de réconcilier les 2 filières qui paraissent un peu s’opposer aux yeux de la population, celle d’une part de l’énergie nucléaire d’un coté et celles des énergies renouvelables de l’autre.
    En effet à cause des choix de la France sur la 3ème génération avec des réacteurs de fortes puissances comme l’EPR à 1,6GW, on renforce la centralisation de la production par opposition au modèle décentralisé avec des petites unités de production autonomes s’appuyant sur des sources d’énergies renouvelables.
    Un système de production décentralisée éviterait le recours à des lignes de transports à très hautes tensions qui pourrissent nos paysages sans doute plus que les éoliennes et cela permettrait une fiabilisation du réseau.
    En France, il semblerait bien que l’on navigue encore à contre courant sur ce coup-là…

    Voilà pour mes modestes remarques.
    Cordialement.

    Répondre

Laisser un commentaire