Fermeture de Fessenheim, une victoire pour l’écologie ?

Vidéo

Sources

Dans cette vidéo, je vous parle de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim. Un plan détaillé est disponible dans la description de la vidéo et la barre de lecture pour simplifier la navigation.

Concernant la production d’électricité:
La production de Fessenheim en 2019
La production moyenne de Fessenheim
– La production électrique en général: Bilan Électrique 2019 de RTE

Sur la sûreté:
La page de l’U.S. NRC qui précise que la durée de 40 ans n’est pas un limite de la technologie des réacteurs.
La page de l’ASN concernant Fessenheim: L’ASN considère que la performance de la centrale nucléaire de Fessenheim reste à un niveau satisfaisant en matière de sûreté nucléaire.
La centrale d’Onagawa a résisté au tsunami qui a gravement endommagé la centrale de Fukushima

Séisme:
– Un petit topo sur la résistance au séisme des installations nucléaires en France.
Avis de l’IRSN sur une étude critique du risque de séisme à Fessenheim.
Un article critique sur le risque de séisme à Fessenheim.
L’étude Résonance sur l’appréciation du risque sismique à la centrale nucléaire de Fessenheim (qui mentionne la centrale de Kashiwazaki-Kariwa).

Sur les émissions de CO2 de Fessenheim:
– CO2/kWh des différents moyens de production d’après le GIEC, d’après l’ADEME (moyens renouvelables, moyens conventionnels).
Le rapport de RTE dont je me suis servi.
Un article AFP Factuel qui a interrogé différentes personnes.
Fermeture de la centrale de Fessenheim : beaucoup d’idées reçues…
La fermeture de Fessenheim entraînera des émissions additionnelles de l’ordre de 10 millions de tonnes de CO2 par an.
L’analyse du cycle de vie du nucléaire français.

Aspects économiques:
Mention du dédommagement de 400 millions d’euros.
Une étude l’INSEE sur le nombre de personnes travaillant à la centrale de Fessenheim.
Concernant le démantèlement: Cependant, démanteler un réacteur nucléaire requiert environ 200 à 300 emplois sur 20 ans, soit le tiers des effectifs requis pendant la phase d’exploitation.
– La cour des comptes sur le nucléaire et sur le renouvelable.

Sondage BVA pour Orano qui montre que la majorité des français interrogés pensent que le nucléaire émet beaucoup de CO2.

Médiatisation autour de Fessenheim:
Peut-on être écologiste et défendre le nucléaire ?
Interaction entre Tristan Kamin et Greenpeace sur Twitter sur la question de Fessenheim.
Cyrille Cormier : « La fermeture de Fessenheim inaugure une nouvelle phase de la transition énergétique en France ».
Nucléaire, Elisabeth Borne n’est pas raisonnable.
Nucléaire : questions sur Fessenheim.
« Nucléaire ou charbon, l’éparpillement d’un dommage en réduit singulièrement sa perception dans la population ».
(je ne vais pas tout vous mettre mais il y en a pour tous les goûts).

Les vidéos que j’ai utilisé:
Julien Bayou sur France Inter le 1er Juillet.
Jancovici sur France Culture (finalement je ne l’ai pas utilisé mais ça vaut quand même le coup d’oeil).

Le livre dont je cite un passage est Le climat en 100 questions, Gilles Ramstein et Sylvestre Huet, Taillandier, 2020, 384 pages, ISBN 1021041076

Autres:
Liste d’accidents nucléaires (si vous voulez voir ceux causés par des séismes).

11 réflexions au sujet de “Fermeture de Fessenheim, une victoire pour l’écologie ?”

  1. Bonjour,
    Tout d’abord, merci pour ces vidéos de grande qualité où la volonté de présenter des éléments factuels l’emporte sur l’affecte ; faits suffisamment rares en ces temps où le paraitre et l’illusion sont roi pour être non seulement souligné mais aussi salué.
    Pendant que vous êtes sur le thème du nucléaire, pourriez-vous explorer les potentielles sources de productions d’énergie alternatives du domaine comme celles du thorium, de la fusion ou autres.
    Encore merci.

    Répondre
  2. Malheureusement pour faire une expertise il faut avoir les bonnes informations ce qu il vous manque. 2 exemples : en 1994 une péniche transportant 1800 tonnes de cyclohexane percute l ecluse de Fessenheim avec une brèche. La derniere fois que l on a connu une fuite de cyclohexane ce fut juste 80 tonnes et ce fut la plus grande explosion de l histoire de l Angleterre. Plus d écluse…plus de refroidissement des reacteurs. Autre exemple ? L ASN a juste oublié d appliquer la règle RFS 1.2D et a dû le reconnaître au micro de RTL. Oh un détail cette règle. Elle.dit juste qu EDF doit prendre en compte le risque d explosion des péniches notamment….et qu est ce qui passe juste devant la centrale….quasiment tous les hydrocarbures pour la Suisse et des peniches d ammonitrates. https://reporterre.net/Stockage-dangereux-d-ammonitrate-la-centrale-de-Fessenheim-exposee-a-un-risque. Maintenant vous avez un tout tout petit petit aperçu. Si le sujet vous intéresse réellement et que vous souhaitez réellement étudier le.sujet avec que des données vérifiables je suis volontier à votre disposition (notamment sur les vrais chiffres du seisme de reference d un doc interne d EDF qui a fuité) Si par contre vous êtes un militant pro nucléaire vous allez rester dans vos certitudes. Le choix vous appartient. La question est toujours la même : quel est le degré de vérité que l on est capable de supporter ?

    Répondre
    • Bonjour,

      Et bien sourcez votre propos. “L’ASN a juste oublié d appliquer la règle RFS 1.2D et a dû le reconnaître au micro de RTL.” Source ? (je n’arrive pas à trouver).

      “Si le sujet vous intéresse réellement et que vous souhaitez réellement étudier le.sujet avec que des données vérifiables je suis volontier à votre disposition (notamment sur les vrais chiffres du seisme de reference d un doc interne d EDF qui a fuité)”. Source ? Sachant que vu que ce sont des estimations sur un séisme qui a 700 ans, je pense que ce n’est pas si facile de juger “les vrais chiffres”.

      La seule source que vous donnez c’est un article de presse d’un journal notoirement anti-nucléaire et que je n’arrive même pas à lire entièrement à cause d’un bug avec l’affichage de la carte qui couvre la seconde partie de l’article. Il faudrait amener des éléments plus convaincants.

      Merci,
      Rodolphe.

      Répondre
  3. Le nucléaire ne sauvera pas le climat. Trop lourd, trop lent, trop coûteux pour tenir dans les délais. Voici un rapport très détaillé résumé en français, mais vous pouvez l’avoir en entier sur leur site. https://www.worldnuclearreport.org/IMG/pdf/resume_fr_2019-v3.pdf.

    Vous avez aussi le site global chance: http://www.global-chance.org/Publications-de-membres-de-Global-Chance

    Et encore celui-ci: http://www.wise-paris.org/

    Un détail, je ne suis pas anti-nucléaire, mais regardons les choses objectivement et avec un peu de pragmatisme. Le nucléaire dans le monde est en déclin lent et les ENR en augmentation exponentielle. Ce mouvement ne s’arrêtera pas.

    Répondre
  4. Le bouquin cité de Sylvestre Huet ne figure pas dans la bibliographie. Comme le passage cité m’a donné envie de le lire, j’ai cherché et je laisse ici ce que j’ai trouvé, si ça en intérese d’autres :

    «  Le climat en 100 questions  », Gilles Ramstein et Sylvestre Huet, Taillandier, 2020, 384 pages, ISBN 1021041076

    —————————

    Sur l’information et la désinformation : la clé de se mystère se trouve sans doute dans la manière dont est financée la presse dite libre et dans les budgets publicitaires dont disposent les industries dépendant des combustibles fossiles (au premier rang desquelles l’automobile). J’aimerais voir se sujet traité avec la même rigueur que Le Réveilleur met dans ses vidéos techno-scientifiques. Les sketches de Jérémy Ferrari sur les ONG s’en approchent.

    Il existe aussi une proximité, réelle ou fantasmée, entre les *armements* nucléaires et l’*énergie atomique*, un peu comme si on assimilait une mobylette aux tapis de bombe au napalm. Ainsi par exemple, la section « Les tops articles sur : Nucléaire » que l’on trouve en pied de page de cet article de Ouest-France :

    https://www.ouest-france.fr/environnement/nucleaire/les-rafale-vont-faire-un-poker-au-dessus-de-nos-tetes-mardi-soir-6972786

    Répondre
  5. Reste quand même le problème de la sécurité des centrales faces aux menaces extérieures comme le cas d’un accident impliquant un avion de ligne ou des actes terroristes. Les sociétés en charge du nucléaire semblent être financièrement dans le rouge et minimisent leur poste de sécurisation face à certaines menaces pour s’en sortir. Tout cela couvert par le secret défense.
    https://www.youtube.com/watch?v=STjGOGkMz4k&list=PLCwXWOyIR22vuA0POqSuGlsCms60Yklz4&index=1
    Ne devrait on pas nationaliser l’ensemble des moyens de production d’électricité afin de s’assurer que ceux ci relèvent bien de choix centrés sur les intérêts écologiques et de l’ensemble des citoyens sur le long terme et non pas sur des préoccupations économiques courts termistes pour lesquelles la prise en compte de ces risques est au mieux pas optimale au niveau rendement, au pire, financièrement suicidaire ?

    Répondre
  6. Bonjour, très intéressante vidéo, bravo pour ce travail.

    Deux questions.
    1/ Connait-on le montant des émissions de CO2 nécessaire pour le démantèlement d’une centrale? Tout le monde s’accorde sur le fait que nos connaissances en matière de démantelement sont faibles, aucune centrale nucléaire de taille important n’a jamais été démanteler, les prévisions et les coûts sont constamment révisés à la hausse. Donc ça me parait compliqué de faire une estimation de cycle quand on ne connait pas précisement le cout de la dernière étape.

    2/ Dans vos liens il y a le rapport de l’ADEME et il y a un chiffre que vous passez sous silence (je ne vous prête aucune mauvaise intention, mais du coup j’aimerai comprendre pourquoi vous ne l’évoquez pas).
    Il s’agit du Lifecycle estimates for electricy generators en fonction de la technologie :
    – vent offshore : 9
    – vent onshore : 10
    – biogas : 11


    – solar PV : 32
    – …
    – Nuclear : 66

    Il est précisé toutefois qu’il s’agit d’une “moyenne « monde » et n’est pas représentative du cas français. Pour le contenu GES du kWh nucléaire en France, merci de vous référer au chapitre « Moyens conventionnels ».”

    Mais du coup comment expliquer que le GIEC estime à 12 et ce rapport à 66. D’où peut venir l’écart?

    merci

    Répondre
  7. Bonsoir,

    tout d’abord merci pour votre travail.

    J’aurai deux questions à vous adresser.

    1/ dans le rapport de l’Ademe que vous mentionnez il est fait mention d’une analyse de cycle de vie au cours duquel l’énergie nucléaire n’est pas à 12 mais à 66…loin derrière de nombreuses énergies. Il est bien mentionné qu’il s’agit d’une moyenne mondiale et non française mais comment expliquez une telle différence avec le rapport du GIEC qui place la moyenne mondiale a 12.

    2/ comment calcule t-on un cycle de vie quand on ne connaît pas le coût et donc l’énergie nécessaire de la dernière phase à savoir le démantèlement. Aucune centrale de taille importante n’a pour l’heure été démantelée sauf erreur de ma part. C’est un gros x dans l’équation.

    Répondre
    • Bonsoir,

      1) Je ne sais pas pourquoi l’ADEME utilise ce chiffre. Le GIEC ne fait pas de recherche mais une synthèse de la littérature. Ce 66g(CO2)/kWh repose sur une seule étude d’un antinucléaire (Sovacool). Il y a de nombreux biais dans cette vieille étude. La sélection qu’il fait est discutable et surtout, il utilise une moyenne alors qu’il faut regarder une médiane. Le GIEC (et toutes les études de ce type normalement…) utilise une médiane (pour toute les technologies évidemment)… d’où une grande partie de la différence entre 12 et 66. L’ADEME sur la page dédiée donne 6g(CO2)/kWh pour le nucléaire.

      2) J’ai une vidéo sur le démantèlement et je t’y renvoie. On sait démanteler des réacteurs à eau pressurisée (technologie sur toutes les centrales en fonctionnement en France. On a presque fini de démanteler Chooz A sur notre territoire et des centrales ont été entièrement démantelé à l’international (voir Maine Yankee par exemple). On se base sur les démantèlements effectués pour faire des estimations sur ce qui est à venir. Si ce n’était pas le cas, il faudrait faire des hypothèses dans l’analyse du cycle de vie (ce qu’on fait pour les éoliennes ou le photovoltaïque vu que les technologies installées aujourd’hui ne sont pas encore démanteler…).

      Répondre
  8. Merci pour cette réponse. Désolé pour le doublon des questions je n’arrivais pas à savoir si j’avais correctement publier mon précédent post.

    Pour le démantèlement, si j’en crois la page wiki de Maine Yankee (grosse enquête) j’espère qu’on va faire des progrès parce que 500 millions de dollars pour une centrale relativement petite comme ça ça nous promet un jolie paquet de milliards pour démanteler notre parc.

    Par ailleurs le World Nuclear Waste Report qui vient d’être publié est toujours très interrogatif

    « Overall, there is a lack of understanding about how countries around the world are trying to address the complex challenges that nuclear waste poses. »

    Sans parler de nos centaines de milliers de tonnes d’uranium appauvri qui ne seront finalement pas valorisé…donc qualifié de déchets…

    Finalement j’ai le sentiment que le principal programme du nucléaire est qu’il nécessite un niveau de confiance très élevé dans les institutions qui le gère. Ce qui signifie que c’est une énergie qui n’est pas accessible à beaucoup de pays en voie de développement…

    Répondre

Laisser un commentaire