[Analyse] du discours d’un climato-sceptique: François Gervais. (2/2)

La vidéo

Description et sources

Dans cette vidéo, j’analyse en profondeur une partie (de 25:40 à 34:40) de la conférence de M. Gervais. J’ai traité un autre bout de la conférence dans une première partie.

Curieux 2 Savoir traite d’autres parties de la vidéo.

Un article pour comprendre comment de mauvais papiers scientifiques peuvent être publiés (je suis tombé dessus grâce à ce site).

Pour l’Arctique:
Les données sur le volume de banquise
Les données sur la surface

Pour les températures de l’Antarctique:
L’article qu’utilise M. Gervais
– La figure de température que j’utilise (Figure 5 ici)
Evolution du minimum et du maximum de banquise au fil des ans
Pourquoi la banquise Antarctique s’étend ?

Pour les inlandsis:
Groëndland
Antarctique

Pour la sensibilité climatique:
Un excellent article qui contient la figure que j’ai utilisé
– La figure est basée sur un article de revue (vous y trouverez notamment une figure pour la sensibilité climatique transitoire si ça vous intéresse).
– Les études utilisées pour la figure sont listées ici
– Pour vérifier les erreurs que j’ai relevé: Allen et al. (2009), Spencer & Braswell (2010), Loehle (2015), Gervais (2016)

J’ai utilisé le même jeu de données que F. Gervais (HadCRUT4): libre à vous de récupérer ces données accessibles à tous et de vous livrer aux mêmes exercices.

Comme F. Gervais, j’ai utilisé le 5ème rapport du GIEC (servez-vous des références sur les visuels pour trouver facilement les parties du rapport que j’utilise).

Pour accéder aux brouillons des rapports du GIEC et aux commentaires des relecteurs, c’est dans “Drafts and Review Materials” en bas de la colonne de droite sur cette page.

“Climate Change Reconsidered II” est le rapport tant apprécié par M. Gervais alors que l’on sait que l’institut qui l’édite a été financé par Exxon Mobil.

Pour cette vidéo, j’ai été aidé par François-Marie Bréon qui a déjà beaucoup écrit sur F. Gervais en 2013 (article du mondedébat entre F. Gervais et F.M. Bréon dans La Météorologieune liste des plus grosses erreurs du livre publié par F. Gervais en 2013).
Plus récemment:
– un article de mi-janvier sur le dernier livre de F. Gervais.
– un article de blog de M. Bréon sur ce sujet.
– un autre article de blog qui traite de ce que dit F. Gervais de la stratosphère dans sa conférence.

5 réflexions au sujet de “[Analyse] du discours d’un climato-sceptique: François Gervais. (2/2)”

  1. Bonjour Rodolphe, je viens de regarder la vidéo sur (ou plutôt contre) FGervais. Je vous suggère d appliquer votre démarche à votre propre video et vous constater(i)ez que vous ser(i)ez très critique car votre video ne fait que contredire sans réellement apporter de preuves ou de démonstration. Notez que je ne suis pas fan de F Gervais, mais que ce qui m ennuie dans cette histoire de climat est que les deux camps (climato sceptiques et climato benêts) se croient dépositaires de LA Vérité. Or l homme s est TOUJOURS trompé dans ses prévisions et ses prophéties. Du coup je suis plus qu ennuyé, je suis plutôt en colère que tous ceux qui interviennent sur le sujet ne font que déclamer des croyances, alors que si on appliquait du bon sens, on ferait au mieux pour la planète et au mieux pour l humanite.
    Je vous laisse mon vrai non si vous acceptez d en débattre
    Bonne journée

    Répondre
    • Bonjour,

      Je ne vois pas ce qu’il y a un débattre. Vous formulez un jugement sans aucun argument.
      Je pense qu’au contraire ma vidéo est essentiellement des preuves qui démontrent que F. Gervais raconte des sornettes. Il n’y a que des éléments scientifiques sourcés.

      Bonne journée,
      Rodolphe.

      Répondre
    • Nous n’avons manifestement pas vu la même vidéo… avancez des arguments et nous pourrons discuter.
      Pour faire avancer le débat, je dis même que si cela reste un “risque”, de la même manière que nous attachons notre ceinture de sécurité ou que nous limitons notre vitesse dans une voiture, nous devrions faire en sorte de prendre en compte ces éléments afin d’éviter au maximum un changement climatique intense. Le problème que pose le changement climatique est plus profond, et implique nos mode de vie. Et c’est bien là le problème, certains ne veulent pas du tout changer.

      Répondre
  2. Cher Monsieur,
    Votre idéologie vous aveugle, les sornettes, c’est vous qui les proférez!
    Étudiez un peu plus l’histoire de la climatologie à travers notre propre histoire, celle de la France et vous comprendrez vite je crois, si vos lunettes d’idéologue vous le permettent, que les variations climatiques ainsi d’ailleurs que l’évolution des espèces, voire leur disparition, font partie de la grande histoire de notre très chère terre. Pensez au Sahara qui, il y’a des millénaires, était une véritable savane, pensez aussi aux vikings qui débarquèrent sur le Groenland sans une trace de glace ou de neige, la « Death Valley » qui n’a pas attendu l’homme pour s’assécher il y a 3000 ans et tant d’autres exemples. Ces gesticulations et autres prévisions catastrophiques si bien incarnées par cette malheureuse Gréta, honteusement manipulée malgré son handicap, ne font pas honneur à la cause que vous voulez défendre.
    Une seule grande cause environnementale mérite plus que tout des efforts considérables personnels, nationaux et financiers: celle de la lutte contre le plastique et le nettoyage des océans. Votre lutte contre le CO2 est parfaitement injustifiée, va coûter des centaines de milliards pour une lutte sans espoir contre des évolutions climatiques naturelles et inéluctables.
    Puis-je aussi me permettre de vous conseiller d’éviter d’insulter ceux qui ne font pas d’accord avec vous.

    Répondre
    • Cher Monsieur,

      Je ne crois pas que mon contenu nie l’existence de changement climatique naturel ou l’évolution des espèces ?

      Vous croyez vraiment qu’il n’y avait pas une trace de neige ou de glace au Groenland quand les vikings ont débarqué ?
      L’inlandsis du Groenland a plus de deux millions d’années et on utilise des carottes de glace du Groenland pour avoir une idée des variations climatiques passées dont vous parlez.

      Pourquoi croyez-vous que le plastique soit le plus gros problème environnemental aujourd’hui ?

      Bonne journée,
      Rodolphe.

      Répondre

Laisser un commentaire